LE DOSSIER SUR L'OR

Une pensée de Thomas Jefferson, 3e président des États-Unis, exprimée en 1802.

"Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières prêtes au combat. Si le peuple américain permet un jour que des banques privées contrôlent leur monnaie, les banques et toutes les institutions qui fleurissent autour d'elles priveront les gens de toute possession, d'abord par l'inflation, ensuite par la récession, jusqu'au jour où leurs enfants se réveilleront, sans maison et sans toit, sur la terre que leurs parents ont conquise." À méditer...

Qu'on se le dise : 2015 devrait être une excellente année pour les métaux. Que dire alors de 2016 ?
Et pour les matières premières en général.
Nous allons revivre, je pense, le scénario des années '80 :
l'économie au plancher et la Bourse qui va se montrer performante.

Voici ce qu'écrivait Yves Messarovitch dans le FIGARO magazine du 5 juin 2004 en page 36 : "Le marché pétrolier sous l'emprise des terroristes. Seul James Bond aurait pu, jusqu'à ces derniers mois, imaginer un tel scénario." Rassurez-vous : je ne suis pas James Bond !

Du même, en date du 13 novembre 2004 : " (...) un krach du billet vert devient possible."
Un constat bien tardif, à tout le moins.

Ceci encore :

Dans TRENDS-TENDANCES du 09 septembre 2004, Amid Faljaoui, rédacteur en chef, note dans son éditorial que "Trois ans après le 11 septembre (2001), l'Occident est plus que jamais dépendant du pétrole saoudien."

La boucle est bouclée.

Peut-on se fier à tous les spécialistes ? À vous de juger. Voici par exemple ce que prédisait Gaëtano Saverino, le spécialiste belge de l'analyse technique boursière dans La Libre Belgique du 11 mai 2004, l'interviewer étant le journaliste Patrick Van Campenhout :"(...) ne pas imaginer que l'or offrira la moindre protection. C'est le premier secteur qui a reculé."
Par contre, je ferais davantage confiance à Geert Noels, Koen Lauwers et Roland Leuschel qui sont des collaborateurs, pour le premier de Trends/Tendances et, pour les deux autres, de son supplément économique Cash.

Il faut aussi mentionner Jurgen Vluijmans. Ses articles de fond sont toujours très appréciés. Dénicheur occasionnel d'entreprises à haut potentiel de croissance.

Reconnaissons-le : cet hebdomadaire s'impose comme une référence pour tout apprenti investisseur. Et si vous êtes versé(e) en analyse technique, c'est pain bénit.

Pour les non-initié(e)s : vous pouvez toujours vous abonner à un service d'alerte boursier. En définissant vous-mêmes les conditions d'alerte. Vous pouvez même choisir le mode de communication par lequel vous souhaitez recevoir les alertes. Évidemment, ce service est payant. Ce serait trop beau autrement ! Mais certaines institutions financières proposent à leurs client(e)s des alertes GRATUITES. Pas beau ça ?

N'allez surtout pas croire qu'en vous octroyant cette gratuité, votre banque agit par pure philanthropie. Non, ce qui l'intéresse uniquement - et rien d'autre -, c'est le nombre d'achats et de ventes de vos actifs que vous allez ainsi effectuer. À bon entendeur, salut !

Pour vous initier à la Bourse ou, plus exactement, à l'analyse technique : www.abcbourse.com. Ou celui-ci : http://atradingbourse.free.fr/apprendre/ap_at.htm.

Voici un autre site incontournable (pour les débutants en tout cas) : www.boursorama.com.
Dès que vous êtes enregistré(e), vous accédez gratuitement à toutes les actions et aux autres actifs de (presque) toutes les Bourses du monde entier.
Il suffit de choisir son actif et le graphique où le cours s'affiche.

Idéal pour créer votre propre patrimoine. Ainsi vous pourrez suivre son évolution à tout moment.

Pour les initié(e)s : www.bigcharts.com. Un vrai régal.
De bonnes notions d'analyse technique sont néanmoins requises pour en tirer profit.

Comment procéder ?

1. interactive charting
2. Enter Symbol or Keyword
    (ex. slw)
3. indicators
    Et sélectionner les différents indicateurs.

Indicateurs les plus importants :
RSI
MACD (La stochastique est plus nerveuse.)
Éventuellement : Slow Stochastic.
Mais 'Fast stochastic' risque d'engendrer de faux signaux.
Prudence donc.
Le volume (OBV)
Les moyennes mobiles
Les bandes de Bollinger (pour mesurer la volatilité)

Exemple de paramétrage :

EMA 150 (jours)
Bandes de Bollinger
MACD
RSI
OBV

Chart style : Candelstick

Store charts settings.
De cette façon, les indicateurs ne seront plus à sélectionner
lors d'une prochaine visite.

4. DRAW CHART
    Les graphiques apparaissent dans la partie droite (avec l'ascenseur).

Pour changer d'action :
Remonter l'ascenseur de gauche.
Changer le symbole.
DRAW CHART

Pour connaître l'avis d'analystes : ANALYSTS.

Un ouvrage que je vous recommande chaleureusement : TOUT savoir sur l'Analyse technique sous la coordination de Monique Walker aux éditions Gualino (collection City & York).
L'ouvrage est commercialisé par La Libre Entreprise (un supplément de La Libre Belgique du samedi).
Adresse postale : rue des Francs, 79 à B-1040 Bruxelles.
Site internet : www.lalibre.be.

Privilégiez la Partie 2 : Les chandeliers japonais.
Une méthode pertinente. C'est en tout cas comme telle qu'elle est présentée.
Avec un peu d'exercice, vous devriez faire des merveilles.

Le journal de l'économie et de la finance L'Écho (rue de Birmingham 131 à B-1070 Bruxelles) commercialise aussi cet ouvrage. Tél. 02 526 55 11.
Voir son site : www.lecho.be.

Autre ouvrage qui vaut le détour : BOURSE et ANALYSE TECHNIQUE
par Stéphane CEAUX-DUTHEIL
Préface de Frank Lohéac
Éditions ECONOMICA (rue Héricart 49 à F-75015 Paris).
Achat possible via le site : www.technibourse.com.

À l'inverse du premier, cet ouvrage propose des questions et des exercices pratiques avec leurs réponses après chaque chapitre.

L'analyse technique, couplée à la cyclologie boursière : un vrai rempart - le meilleur - contre le doute qui gagne parfois l'investisseur.
Également : un guide, un conseiller sage et expérimenté lors de la prise de décision.

Pour les amateurs de matières premières : www.kitco.com.

L'argent-métal et les mines d'argent devraient - en toute logique - bien se comporter. Et, qui sait ? accomplir des prouesses. Mais d'après le professeur Roger LECUT, une correction sévère n'est pas à exclure pour la fin mars 2007.
Et même peut-être déjà à partir du 12. Rassurez-vous cependant : la Bourse prendra sa revanche - une éclatante revanche même et connaîtra un boom mémorable et peut-être sans précédent - en 2008 et 2009.

Autre atout majeur en faveur de l'argent-métal : une découverte - et de taille - vient d'être faite : ce métal précieux est un parfait désodorisant. Entre autres, pour les chaussettes et les tenues militaires. Un marché florissant en perspective donc.

Notez quand même ceci : quand l'argent surpasse l'or, c'est mauvais pour les métaux précieux. C'est loin d'être la cas actuellement. Bien surveiller le ratio or-argent. Via une recherche sommaire sur Internet par exemple. Ou sur www.kitco.com tout simplement.

Quand le ratio or-argent décroît, c'est le signe incontestable de la reprise (ou de la poursuite) du marché haussier des métaux précieux.

Cœur d'Alène : un groupe minier très important. Qui exploite surtout des mines d'argent au profil très prometteur. En tout cas, il est à surveiller. Et de près. Car ses mines affichent des coûts d'exploitation particulièrement bas. En outre, le groupe présente des projets importants - ambitieux même. L'ouverture de nouvelles mines laisse prévoir un développement hors du commun. Seul bémol : l'action ne sera vraiment intéressante qu'à partir de 2010.

Bonne nouvelle. J'apprends (fin mai 2009) qu'il y a eu un Reverse Split sur Cœur d'Alène. Ce qui signifie que le nombre d'actions a été divisé par 10. Et, par voie de conséquence, le cours a été multiplié par 10.

Bonne nouvelle donc pour ceux et celles qui ont cru en cette valeur très prometteuse.

Sachez aussi que l'euro est corrélé à l'or depuis 2006. Et que la monnaie européenne s'est appréciée de 60 % par rapport au dollar depuis 2002.

Alors, l'once d'or à 1 000 USD en cette fin d'année 2009 ? Pourquoi pas.

L'or et l'argent ont été à la traîne. Indubitablement. Ils ont été sous-cotés. En disgrâce même. Comparés aux autres matières premières. Le mouvement de rattrapage en sera d'autant plus marqué.

L’once d’argent devrait repartir à la hausse au début de 2008 avec un objectif minimum de 20 dollars.

Petit rappel. En 1980, l'once d'or cotait 850 USD. Et l'once d'argent, 50 USD.
Une simple règle de trois vous permettra de mesurer précisément le retard qu'enregistre actuellement l'once d'argent.

Et si l'argent-métal redevenait un moyen d'échange, c'est-à-dire une monnaie ?

Certains spécialistes, comme Simone WAPLER - analyste, journaliste et ingénieur de formation - et Mostafa BELKHAYATE - champion du monde des traders professionnels en mai 2003 et CEO du fonds or Mansa Moussa Gold Fund -, prédisent un tsunami financier pour 2008 au plus tard.

Deux superspécialistes des matières premières - des gourous devrait-on dire :
Jim ROGERS, une légende de Wall Street.
Il préconise surtout les matières premières agricoles.
Marc FABER, lui, est plutôt en faveur de l'or.
Il avait prédit les krachs de 1987 et de 2000.
Il est surnommé le "Cassandre des marchés".

LAW. De son prénom : John. Vous connaissez ? Financier écossais de son état. Et ministre des Finances du régent Philippe d'Orléans.

Il appliqua ses idées en France et y élabora un système nouveau, fondé sur la création du papier-monnaie, le recours au crédit et l'ouverture d'une banque d'État dans la célèbre rue Quincampoix. Cette rue était très commerçante et la plupart de ses indépendants avaient abandonné leur profession pour devenir courtiers...

Précision importante : les billets émis étaient supérieurs en nombre à leur équivalent en réserves d'or du pays.

Interdiction des paiements en or en 1719.

Son système provoqua vite la panique générale. Il dut s'enfuir devant l'émeute en décembre 1720. Car il avait provoqué une banqueroute retentissante. Exilé, il finit sa vie en Italie, à Venise, où il mourut dans la misère.

Cela ne vous rappelle-t-il rien ?

Cette expérience malheureuse rappelle un peu celle des assignats sous la Révolution.

Un mot sur le GOR ou Gold Oil Ratio. Le ratio or/pétrole.
Il s'obtient en divisant le prix de l'once d'or par celui du baril.
À noter que le cours de l'or et celui du pétrole sont fortement corrélés.

Pourquoi le pétrole et l'or sont-ils si interdépendants ? Parce que le premier engendre l'inflation. Et le second est généralement acheté pour en atténuer - neutraliser - ses effets dévastateurs.

Il suffirait que les investisseurs prennent conscience de la pénurie à venir du pétrole pour que son prix flambe. Et quand le marché réalisera la gravité de la situation causée par l'inflation sournoise qui est la nôtre aujourd'hui, l'or flambera à son tour.

Les cours des mines d'or : en retard sur le cours de l'or.
Et, comme l'or est à la traîne comparé aux autres matières premières, il y a de la marge !
Plus on s'approchera du sommet, plus la frénésie sera grande.
La hausse de l'or pourrait durer jusqu'en 2014.
Entre 2014 et 2022 selon Jim ROGERS.
Isabelle MOUILLESEAUX va plus loin : pour elle, la tendance haussière des matières premières durera aussi longtemps que les "Trente Glorieuses". Une incroyable tendance : c'est le moins que l'on puisse dire.

En tout cas, ce qui est sûr, c'est que la cyclicité (c'est-à-dire le caractère cyclique) des valeurs minières appartient au passé. Un retournement s'est, en effet, produit récemment. Depuis quand ? Difficile à dire. Peut-être le 30 juin 2005. Ce jour-là, la domination du roi Dollar a pris fin. Irrémédiablement. Après un règne de 25 années sans partage.
Heureux les investisseurs qui s'en sont aperçus à temps !

Notez encore ceci :
Les mines anticipent souvent les mouvements de l'or. Elles constituent donc un indicateur avancé des mouvements de l'or lui-même.

Voilà. Je n' ai plus qu 'à vous souhaiter bonne chance !
Encore ceci. Un détour par www.clearstation.com vous rassurera quelque peu.

En résumé : la raréfaction de l'énergie d'origine fossile couplée aux exigences du protocole de Kyoto font que l'énergie décarbonée a de (très) beaux jours devant elle.

À suivre aussi : les avis d' Édouard THUY, ingénieur civil, analyste financier, professeur et administrateur d'Investa a.s.b.l. (excusez du peu !). De vraies paroles d'expert.

Un site qui vaut sûrement le détour : www.kitcometals.com. Qu'a-t-il de particulier ? Il indique les stocks des métaux non ferreux (aluminium, bronze, cuivre, nickel, plomb, zinc). Une information importante s'il en est.
Reportez-vous à la colonne de gauche. Première ligne : Bid/Ask. C'est-à-dire Offre/Demande.

Le palladium est bon marché comparé au platine. Son prix est resté relativement stable. Effet de rattrapage en vue ?
Deux mines exploitent ce métal précieux : Stillwater Mining Company (SWC - NYSE) et North Amern Palladium Ltd (PAL - AMEX). La première est à préférer à la seconde. En principe.
Le métal est utilisé surtout pour la fabrication des catalyseurs des voitures. Le palladium permet de diminuer la toxicité des gaz d'échappement des véhicules à moteur, notamment les rejets de plomb.
Petit rappel au sujet de la densité automobile au 1er janvier 2003.
Aux États-Unis, elle est de 775 véhicules pour 1 000 habitants.
En Chine, elle est de 14. Et en Inde, de... 8 ! Un bel avenir donc pour ce métal précieux.
Le palladium est employé aussi en dentisterie.
L'électricité est une autre de ses applications. Le Japon est le plus grand consommateur de ce produit. Dans ce pays, la densité automobile est de 580.

L'indice HUI fait référence aux mines NON hedgées. C'est-à-dire les mines non couvertes.
L'opération de couverture (appelée aussi hedging par les Anglo-Saxons) consiste à se prémunir contre les risques de variation du prix de la matière première extraite par la mine concernée.

HUI et XAU : deux indices boursiers.
HEDGING = VENTE À TERME.
Cours spot = cours du jour.

L'indice XAU fait référence aux mines majoritairement HEDGÉES, c'est-à-dire COUVERTES.

Il est donc plus intéressant de posséder des mines NON couvertes. Dans un marché haussier en tout cas. Car elles sont complètement exposées au prix de la matière première. D'où marge bénéficiaire plus qu'appréciable.

Autre indicateur important. Le rapport Gold/XAU. Lorsqu'il est élevé (c'est-à-dire qu'il dépasse 5), il indique une sous-évaluation des actions minières. Inversement, lorsqu'il est faible (c'est-à-dire qu'il descend en dessous de 3), il indique une surévaluation des actions minières.

La première semaine de janvier est prédictive de l'évolution de la Bourse pour l'année en cours dans 71 % des cas.

L'Édito Matières Premières est une lettre électronique gratuite distribuée par les services financiers des Publications Agora.
Pour plus d'informations :
www.publications-agora.fr.

Une question au sujet de la Bourse ? Le journal financier/économique L'ÉCHO se fera un plaisir de vous répondre à l'adresse finances@lecho.be.

Vous voudriez connaître le cours du jour d'une action étrangère dont vous ignorez le code ou le symbole. Pas de problème. Le site www.downloadquotes.com fera l'affaire. Magique, n'est-il pas ?

Enfin, un convertisseur de monnaies, de devises : www.oanda.com/converter.
Cliquez à gauche sur Convertisseur de monnaies.

Encore ceci. Je me trouvais au Caire en janvier 2003. Lors de mes achats, les commerçants marquaient leur nette préférence pour l'euro. Et quand la transaction dans cette devise était impossible, le taux appliqué au change livre égyptienne-dollar était tout simplement prohibitif. Symptomatique, non ?

La disparition des statistiques officielles de l'agrégat (= masse) monétaire M3 en date du 23 mars 2006 est très regrettable - préjudiciable même. Car cette décision du Conseil supérieur de la Banque fédérale américaine (la fameuse FED) n'est pas faite pour rassurer les investisseurs.

Comment passer un ordre de Bourse ?

Ordre de Bourse - achat/vente
Date
Désignation de la valeur
Symbole
Code ISIN
Bourse
Nombre
Cours limite
Date limite d'exécution
Compte d'épargne/à vue
Dossier-titres
Signature du client


La société de Bourse Cortal Consors s'impose, me semble-t-il, comme un des meilleurs intermédiaires financiers.
Et sans doute le moins cher.

Pour illustrer mon propos, voici ce que vous paieriez pour un ordre boursier en ligne jusqu'à 1 000 USD sur le NYSE ou le NASDAQ (du moins si j'en crois une publicité reçue à la fin de décembre 2006) :

chez Keytrade Bank : 29, 95 USD ;
chez BinckBank : 19,50 USD ;
chez Fortis : 30 USD.

Chez Cortal Consors : à peine 17 USD. Qu'on se le dise !

Ces commissions de courtage étaient en tout cas valables en date du 1er décembre 2006.

Le nec plus ultra : tenir compte du graphique de l'action avant de l'acheter ou de la vendre. Je pense notamment aux bandes de Bollinger (qui mesurent la volatilité du titre) et à l'OBV (indicateur de cumul continu de volumes).

Beaucoup d'actions de matières premières sont cotées sur les différentes Bourses du marché américain.
Site de référence pour connaître la cotation de ces titres : www.nasdaq.com.

         
         

Introduire un symbole par case.
Cliquer sur FLASH QUOTES.

Si vous ne vous souvenez plus du symbole de l'action, cliquez sur Symbol Look-up.

Terminons. Vous voulez un délassement boursier original ? Alors, visitez le site www.clearstation.com.
À gauche, cliquez sur Recommend.
Bon amusement ! Et, pour les téméraires, bonne chance !...

Mais ce site ne se réduit pas seulement à une partie de plaisir. Heureusement d'ailleurs. En fait, il est source de renseignements plus qu'utiles. Pour vous en convaincre, entrez le symbole de l'action convoitée, puis choisissez dans la zone de texte de droite le paramètre qui vous convient. Par exemple : Recommendations. Les avis s'affichent en dessous.

Pour retourner à la page d'accueil.