Claude THOMAS

PROFIL DE L'AUTEUR

° Instituteur retraité

° Diplômé d'études pédagogiques supérieures

° Porteur du 'Cambridge certificate of proficiency in English'

° J'ai enseigné le français dans une école secondaire anglaise (à Londres)

° Grand lauréat des Championnats d'orthographe (Belgique)

° Professeur indépendant (spécialité : orthographe de base et de haut niveau)

° J'enseigne (aussi, mais sporadiquement) - avec succès - à des étudiants du supérieur

C'est dans cet établissement de Nivelles, autrefois appelé École normale de l'État, que j'ai été formé comme instituteur. Je n'en garde que de très bons souvenirs.

Domaine de prédilection : la préparation aux Championnats d'orthographe.
Je prépare aussi aux études littéraires et à celles de médecine. Si vous connaissez le sens de cette altération chronique, vous n'avez pas besoin de mon aide. Voici l'heureux (!) élu : rhizarthrose.

 

 

 

Également : auteur d'articles de fond (cartes blanches et autres points de vue) dans
LE SOIR et LA LIBRE BELGIQUE.

Enfin : collaborateur occasionnel de revues professionnelles. Dont l'ex-REVUE de la Direction générale de l'Organisation des études du Ministère de l'Éducation.

Ma carrière d'instituteur m'a amené à exercer dans une classe d'adaptation (pédagogie de soutien) pendant dix ans. Cette expérience fructueuse a été le départ de la conception d'ouvrages didactiques à destination des rééducateurs, des maîtres et, tout dernièrement, des parents d'enfant(s) en difficulté d'apprentissage.

Concepteur du matériel pour dyslexiques Les lettres articulées.
Découvrez-le à la page intitulée Les lettres articulées.

Ma page d'accueil.      Réflexions.     Recensions.    Ma production.     En complément : le rattrapage en calcul.

Parcours professionnel

Non, je n'ai pas fait d'études universitaires. Par contre, j'ai toujours réfléchi à ma pratique professionnelle. Déjà, comme étudiant en Angleterre, j'ai confectionné des listes dont la particularité est de trouver le mot anglais à partir de son correspondant français. Ce qui allait devenir plus tard le Fascicule d'anglais.
Grâce à cette astuce, j'ai pu me hisser - me propulser - en un temps record au rang de professeur de français dans une école secondaire londonienne pendant le dernier trimestre. Pourquoi cette ascension fulgurante ? Parce que mes progrès en anglais ont été époustouflants.
Revenu en Belgique, je me suis intéressé à la problématique de la dyslexie. C'est ainsi que j'ai imaginé un petit matériel à confectionner en carton par le praticien dont la caractéristique est de pouvoir passer d'une lettre à une autre par simple substitution d'élément(s). Ce petit matériel, je l'ai baptisé Les lettres articulées.
Un Lexique (spécialement destiné aux classes pour dyslexiques, aux classes d'adaptation et au premier cycle du fondamental - à l'usage des maîtres et des rééducateurs) a aussi vu le jour.
Un outil très précieux lorsque l'enfant confond deux graphies voisines (ex. ongle et oncle). Il sera tout indiqué à ce moment-là de recourir aux mots couplés figurant à ce son.
Puis, chemin faisant, je me suis perfectionné en orthographe. Bien qu'elle soit déjà bonne au départ. Ce travail m'a permis de devenitr grand lauréat des Championnats d'orthographe. Ce sésame, croyez-moi, m'a ouvert et m'ouvre encore bien des portes.
À 65 ans, plutôt que de me payer un bon repas dans un restaurant, je me suis confectionné mon site internet. Celui sur lequel vous êtes.
Maintenant que j'approche des 80 ans, je vis de mes acquis. Mais, rassurez-vous, j'enseigne encore. Sporadiquement, s'entend.
Et pour fêter dignement cet âge mémorable, je m'apprête à m'offrir les services de deux grands noms de l'édition.
Mais pour mes 100 ans, rien n'est encore prévu...

Toutes ces idées originales, ces trouvailles si vous préférez, sont le fruit - exclusif - du travail enrichissant, étonnant parfois, mais toujours passionnant de la pensée. Mais ça, c'est une autre histoire. Sachez quand même que mon modèle est Zénobe Gramme (1826-1901). Pourquoi ? Par la seule force - la puissance insoupçonnée - de la pensée, il est l'inventeur de la dynamo. Autre point commun : il est né à Jehay-Bodegnée (près de Huy). J'ai habité cette petite localité en 1950. Et si cette coïncidence (!) relevait en réalité de la loi de l'attraction... Qui sait ?



Soit dit en passant, les cours (d'histoire) de pédagogie se focalisent beaucoup trop (outrageusement ?) sur la mémoire et non sur la créativité. Or, ceux et celles qui manqueront d'imagination seront les analphabètes de demain. Voyez tous les innovateurs en informatique. Qu'ont-ils en poche comme diplôme(s) ? Parfois, pas grand-chose. Donc : ne pas confondre DIPLÔME(S) et COMPÉTENCE(S). Qu'on se le dise ! En fin de compte, il devrait y avoir des ateliers de didactique innovante.

 

 

 

 

 

 

 


Comment se mettre en situation de création ? en mode production ?
1. Le cerveau, il fait "comme si". D'où la très grande importance de le nourrir exclusivement de pensées positives.
2. S'identifier à des personnes qui vous sont sympathiques et qui ont réussi dans un domaine bien précis que vous appréciez.
3. Se conditionner, c'est-à-dire s'assigner un but et s'y tenir. Cette posture prend du temps. Repérer aussi les moments où votre imagination est féconde. La laisser vagabonder. Alterner moments de réflexion et de méditation. Celle que l'on connaît quand on se promène en forêt par exemple. Le temps fera le reste... La pratique de la réflexion profonde aussi.
4. Je vous préviens : vous connaîtrez plus d'échecs que de réussites. Mais vos échecs seront - bien souvent - une étape nécessaire, LE tremplin vers la réussite. Toujours viser le long terme. Ainsi vous ne serez pas déçu. Dans ce domaine tout particulier, la méthode des essais et erreurs s'imposera tout naturellement.
5. Première étape : la redécouverte. Vous êtes sur le bon chemin. Exemple de redécouvertes : vous les trouverez si vous cliquez le lien L'anglais autrement (à la page d'accueil). Certaines règles étymologiques sont archiconnues, mais d'autres le sont beaucoup moins. Voire totalement inconnues. Et le tout forme un ouvrage plutôt original. Du moins, inhabituel.

Oui, le monde de la pensée est passionnant. À plus d'un titre. À condition de l'apprivoiser. Ce qui peut prendre du temps. Mais quelle récompense au final ! Car il ne déçoit jamais. On vit dans un autre monde. Qui est celui de la méditation. Assaisonné du plaisir - indescriptible - de la découverte. Et cela n'a pas de prix. Ou, si vous préférez : c'est d'une richesse intérieure inestimable. Voilà ce que je vous souhaite de tout cœur de connaître un jour. Car il faut vous en persuader : vous avez plus de possibilités que vous ne le pensez. Il suffit de se creuser un peu... En général, on se met trop vite des limites. Voilà la grande, la grave, la profonde erreur à ne pas commettre. Qu'on se le dise !

Il y a quand même une part d'inspiration dans ce processus. Il est donc - parfois - difficile d'envisager un service sur commande.

Si vous voulez "réussir", il vous faudra - impérativement - vous lancer des défis. Raisonnables certes, à votre portée cela va sans dire, mais des défis quand même. La récompense, elle, viendra en son temps. C'est promis.

Le cerveau est si puissant que certains scientifiques pensent qu'il crée ses propres médicaments (d'après le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue).